POEMES DU COEUR:::

Publié le par Rêves de B::::


Triste est la vie quant au détour du net, on se confronte au départ vers l'éternité de quelqu'un, quelqu'un parti  pour soigner ailleurs et qui écrivait ceci il n'y a pas si longtemps lors d'un concert.

LA FORÊT RESSUCITEE

Entendre Desjardins avec Bellemare, le 14 octobre, c'était comme le voir quitter la main et s'entourer de la forêt ressucitée. Il chantait comme la colombe et comme le corbeau, dans le festival des couleurs des violons. Poète comme jamais, ses mots sertis puissamment dans la vivante diversité des timbres de l'orchestre, offerts par sa voix en relief, étonnante et familière comme une roche qui parle dans la montagne. Vivent les épopées, les comédies, les farces, les tendres romans de vie du Québec, et longue vie à Richard Desjardins et Gilles Bellemare. Merci à eux. On respire bien ici.

Orchestration et direction d'orchestre: Gilles Bellemare
Soliste: Richard Desjardins

 
Oui... "Tu disais longue vie...on respire bien ici..." Maintenant tu n'es plus et ton coeur bat ailleurs.

Mûri/r de vieillesse, mourir de jeunesse..." et tes paroles révoltées d'humanité:

A la question "Aux États-Unis, un juge refuse de prolonger la vie de Terri Schiavo, qui est dans un état neurovégétatif depuis 15 ans. Qu'en pensez-vous?", tu  répondais ceci:

"Quand une société s'intéresse à la résurrection des morts plus qu'à la préservation des vivants, il faut soupçonner que la morale qui y règne n'est qu'une gigantesque hypocrisie. Combien, qui auraient vécu, meurent aujourd'hui aux Etats-Unis faute de soins minimaux? L'oncle Sam aime prendre la pose auprès des victimes de sa compassion, qu'il exhibe comme des trophées de chasse. Tout cela est faux, obscène, infantile et destructeur. Il est indécent de profaner le sourire sans vie d'une jeune femme et de l'utiliser pour propager un message pervers. Dieu n'est pas muet, et ceux qui l'utilisent comme une marionnette de ventriloque ne méritent que notre colère."

 
link


 




   



 
 

Publié dans BONBONS DU JOUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fredo 16/10/2008 17:39

Bon...Bibi ,heureusement que tu ne pas laissé tomber pour mon incomprehension de l'article , que tu m'a un peu poussé au cul !Car en fait,c'est ma "fléme" intellectuel ,qui m'a vicieusement amené sur le chemin de la facilité .Donc lecture accélérée lorsque la tache m'a paru ardue donc encore plus de brasse coulée au fond du texte ! Aujourd'hui, dans de meilleures dispositions(grâce à toi) j'ai repris la lecture ,posément et lentement .Euréka !Ouiiii j'ai compris ,ouf .

Rêves de B:::: 21/10/2008 22:35


Oui Fredo parfois il faut se forcer, ça ne peut faire que du bien aux neurones...On vieillit mais les neurones aussi, alors hein
comme on dit chez nous: "Méfi..."
Des bises @ bientôt sur tes belles photos!


terreetmer 16/10/2008 01:09

je reviens demain, je tombe !!!

Rêves de B:::: 21/10/2008 22:36


A bientôt sur ton blog...
bises xoxo


bibi 16/10/2008 00:06

Fredo / Quelques explications "La forêt ressucitée":::Lorsque Sébastien Lépine m’a demandé de lui composer un concerto pour violoncelle et orchestre, j’ai réalisé très rapidement que cette commande représentait une magnifique occasion de pouvoir écrire pour un jeune musicien de très grand talent en début de carrière. Ses qualités d’interprète sont également une belle motivation qui m’a laissé anticiper une ligne de pensée, voire une source d’inspiration. D’une durée approximative de 25 minutes, cette œuvre concertante utilise un effectif orchestral classique, 2222-2200-timb. et cordes, facilitant ainsi sa programmation auprès de tout orchestre symphonique. De plus, aucun passage de l'accompagnement d’orchestre ne nécessite un temps de répétition supérieur aux accompagnements standards. L'utilisation maximale des possibilités de l'instrument soliste se traduit par des gestes sonores efficaces soutenus par un discours musical coloré et inventif. L’orchestre et le soliste évoluent dans un langage compréhensible toujours empreint d’une grande sensibilité. Nous sommes en présence d’une écriture orchestrale équilibrée et sans compromis, dont la facture est génératrice d’impression où se côtoient les teintes chatoyantes sur une toile en mouvement captivante. Gilles Bellemare compositeur

terretmer 15/10/2008 22:35

Que de verité... Un modèle a ne pas copier ! et malgré ça la copie est là qu'on le veuille où non, l'hypocrisie a fait son chemin aussi perverse soit t-elle mais il n'est pas interdit de remonter le cours d'eau a contre courant !j'ai publié ;-))bisou

Rêves de B:::: 15/10/2008 23:57


Des paroles humaines et de colère de quelqu'un que j'ai connu, et qui n'est plus depuis ce mois de juin 2008, il a passé sa vie à aider autrui et à
soulager les âmes.
Paix à la sienne maintenant.


revelise 15/10/2008 21:51

Coucou bibi, je suis revenue j'ai cliqué sur article, et là en effet je le vois en entier, et complètement différent, surtout d'après ton com, c'est pas évident de comprendre seulement avec des brides de texte, ma première interprétation était nulle. Lol, je te souhaite une douce soirée bisous