LES VIVANTS ET LES MORTS:::

Publié le par Rêves de B::::

















N'ayant pu aller au cimetière pour la Toussaint,
j'y suis allée hier avec ma tante et ma cousine.
Il faut dire que ces endroits, je les fréquentais petite quand on m'y amenait...
J'y sautillais, je regardais un peu  intriguée.
C'était presque pour moi comme un peu de gaieté, la famille allait au cimetière...
Et je me rendais utile du mieux que je pouvais quelque fois dans l'année.
Ce cimetière se trouve dans une petite ville portuaire et ouvrière. C'est un vieux cimetière qui a été agrandi plusieurs fois, peut-être quatre?!
Les cyprès sont énormes et d'un vert tirant sur le noir.
Ils sont beaux. Je ne peux m'empêcher de penser que,dans cette petite ville, seul le cimetière a du cachet.
La tombe familiale était très fleurie, la famille proche et également des amis n'avaient pas manqué de rendre visite aux défunts.
Ma tante, agée de soixante douze ans, s'essouflait -d'émotion- à nettoyer la dalle de granit, à replacer et placer les pots de chrysanthème.
Plusieurs fois nous avons proposé nos services mais elle semblait ne pas vraiment entendre.
J'allais chercher de l'eau et en profitais pour regarder les pierres tombales,
quelques noms gravés m'évoquaient des amis,  de mon père, d'une de mes tantes, de ma grand-mère.
Des noms mémorisés au hasard des conversations de grands.
Je me disais en ces instants, vous qui avez tant "jouer" ensemble,
vous  voilà "hors  la vie", vous reposez pourtant si proches, presque pourriez-vous vous toucher... !
Mais invisibles désormais, je suis le  témoin -ignorant- de votre amitié, par dessus vous je sais. La vie est déroutante.
Je me sentai à la fois détachée -processus défensif de l'âme- et complètement dans l'instant.
Je remarquai des tombes si vieilles qu'elles s'affaissaient dangereusement, je visionnai une scène un peu dingue , de corps  qui allaient soudain sortir de la fosse...Vite je repris mes esprits et m'appliquai à lire le petit panneau émaillé en recherche de  la personne pouvant fournir le moindre renseignement sur le dit emplacement.
On est reparti  par les travées, le petit Jack Russel sur nos talons, faisant fi  de ce lieu solennel,  joyeux entre nos pas, truffe au sol il trottinait.
D'autres tombes attiraient mon regard et en particulier comme on allait sortir, de toutes petites tombes, modestes, à même la terre, juste signalées par quelques repères. Au milieu de ces rectangles d'enfants, des signes: une avalanche de peluches, de jouets, de motos dans leur emballage cartonné, neuves à travers le cellophane.
Insolite, incongru, pathétique, atroce...Une plaque et la photo d'un tout petit garçon.
Ma tante m'apprit que son beau-père l'avait...tué.
Je devrais être "habituée" (...)  Les sévices sur les enfants faisaient aussi partie de mon métier,  mais non, j'ai toujours comme des hoquets intérieurs, silencieux  à  l'autre.
Pourquoi les voisins, la famille proche, les amis, la dass, la pmi, le médecin de famille, pourquoi personne n'a-t-il pu empêcher la mort d'un enfant dans notre société dite civilisée?
ll y a tellement de réponses...
Et maintenant tous ces jouets à vous fouetter, vous déchirer. 
Je n'étais plus très bien en sortant du cimetière et pourtant un autre m'attend, mais je crois que cette fois je ne resterais pas entre les allées...Puis, par-delà la reflexion vient des envies de:



littérature russe, de paysages blancs, de feux de cheminée, de soupe chaude au potimarron, de chahut  avec mes enfants,  de balade avec ce coquin de  chien, soudain je suis pressée de voir Noël arriver, de décorer les fenêtres, la maison de sujets brillants et colorés, de mettre les plantes de saison sur les tables, pailletées de poudre d'or.
Et placer  mon beau sapin roi des forêts dans son coin réservé, cuisiner, écouter des chants sacrés...







Ce dimanche, la maison et le jardin vont retentir de cris et de rires joyeux.
Les  olives attendent d'être cueillies par  des mains tendues pleines d'amitié limpide et gaie. Merci d'être là les amis.
On va parler, blaguer, l'esprit frais, joyeux, libre de temps perdu, de temps vivant!! 

 Dimanche, la maison va se remplir d'amis, de cousins, d'enfants...


Publié dans HUMEURS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LIZA 21/11/2008 21:05

Nous les cueillons et vertes et noires ... suivant leur utilisation!
LIZAGRECE

Rêves de B:::: 25/11/2008 21:06



Comme ici finalement...Merci de ton passage.


bibi



jluc le pechou 19/11/2008 22:30

Coucou, une bazarette, muette, c'est nouveau ça !Bon, j'espère que tout va bienbises

Rêves de B:::: 21/11/2008 00:55



Pas de soucis ici, mais je ne sais pas si c'est la morosité ambiante qui s'abat sur certains, certaines, j'ai appris
encore qqs mauvaises nouvelles concernant des connaissances, santé et travail...c'est dur et triste. Mangeons notre pain blanc (...) tant qu'on peut le faire...La vie passe trop vite quand on
l'aime.


Gros bisous cher jean-Luc



lizagrece 15/11/2008 22:08

J'aime beaucoup cette "tranche de vie" illustrée de belles images ... ici aussi c'est la cueillette des olives ... Nos morts nous les visitons plus tard, à Pâques ... aux beaux jours ....LIZAGRECE*

Rêves de B:::: 21/11/2008 00:42


Les beaux jours...c'est moins triste! Merci de ton com LizaGrèce, les olives vous les cueillez vertes ou noires? @+
bibi


revelise 15/11/2008 15:47

Coucou bibi, merci pour ton com, vu le temps que j'ai sur bordeaux, de tout façon il fait bon de rester au chaud à l'intérieur, je te souhaite un doux wk bisous

Rêves de B:::: 21/11/2008 00:40



Alors rêvelise, quel temps maintenant, il faisait froid en ville cet AM, avec deux amies on s'est calfeutré à l'intérieur d'un café...moi, je serais bien restée
sur la terrasse au soleil mais une avait froid ds le dos (quelle idée, rires...) Les températures son t tombées d'un seul coup d'un seul! Bonne fin de semaine xoxo


PS au fait où en es-tu de tes pbs de rachis?...J'espère que ça va mieux, pensées pour toi.



mom 15/11/2008 10:59

bon week-end